Follow by Email / Recevez les mises à jour par email

Friday, 3 August 2012

London 2012 (1/4): Epictetus/Epictète

Version française plus bas.

The Olympics are on and once again media coverage is given by journalists and former champions. How boring! Let me put this right through a series of posts on authors who wrote on the event. We’ll start with Epictetus (c50125 AD), writing here about what it takes to win the gold, and beyond that about what we should consider before deciding what we want to do with our lives:


‘You would like to be a winner at the Olympic Games, you say. Yes, but weigh the conditions, weigh the consequences; then and then only, decide if that is what you really want. You must live by rule, submit to diet, abstain from dainty meats, exercise your body perforce at stated hours, in heat or in cold; drink no cold water or wine. In a word, you must surrender yourself wholly to your trainer, as though to a physician. Then in the hour of contest, you will have to delve the ground, and you will risk dislocating your arm, spraining your ankle, gulping down abundance of yellow sand, being scourged with the whip—and with all this sometimes lose the victory. Count the cost—and then, if your desire still holds, try the wrestler's life. Otherwise, let me tell you that you will be behaving like a pack of children playing now at wrestlers, now at gladiators; presently falling to trumpeting and the next moment to stage-playing, when the fancy takes them for what they have seen. And you will be the same: wrestler, gladiator, philosopher, orator all by turns and none of them with your whole soul. Like an ape, you mimic what you see, but never constant to one thing. This is because you never undertook anything with due consideration, or after strictly testing and viewing it from every side; no, your choice was thoughtless; the glow of your desire has turned cold.’

*

Ce n’est pas pour me vanter, mais en ce moment ce sont les Jeux Olympiques. Excellente occasion pour relire quelques auteurs ayant écrit sur l’événement. Nous commencerons cette série avec Epictète (environ 50-125 après J.-C.). Il parle dans l’extrait suivant de l’abnégation nécessaire au champion, et nous donne au passage quelques conseils utiles pour la vie de chacun :

« Tu voudrais être vainqueur aux Jeux Olympiques ? Et moi aussi, de par les dieux ; car c’est une belle chose. Mais examine bien tout ce que cela implique, et alors seulement lance-toi. Il faut obéir à une discipline, suivre un régime strict, s’interdire plein de mets succulents, faire des exercices forcés, à des heures réglées, par le chaud, par le froid, ne boire ni vin ni eau fraîche, en un mot, te mettre entre les mains de l’entraîneur comme entre celles d’un médecin ; puis, dans l’arène, il faut creuser des fosses, quelquefois se démettre un bras, se faire une entorse, avaler force poussière, parfois être fouetté, et tout cela sans être sûr de gagner. Quand tu auras bien pesé tout cela, si tu persistes, fais-toi athlète. Sinon, tu seras comme les petits enfants qui jouent tantôt au lutteur, tantôt au gladiateur, qui tantôt sonnent de la trompette, tantôt veulent être acteurs ; de même, tu seras tantôt athlète, tantôt gladiateur, puis rhéteur, ensuite philosophe, et jamais rien du fond de l’âme. Tu imiteras comme un singe tout ce que tu verras faire, et chaque chose te plaira à son tour. C’est qu’avant d’entreprendre tu n’as pas bien examiné, retourné la chose sous toutes ses faces ; tu vas au hasard et sans vouloir vraiment. »




No comments:

Post a Comment